Rénovation de la Voie Verte de l’Avesnois

Communiqué de presse co-signé par les associations CycloTransEurope, ADAV, AEC et AF3V du 8 janvier 2020

Plus que les loisirs de quelques-uns, un enjeu social et écologique pour tous !

SIGNEZ LA PETITION POUR LA RENOVATION LA VOIE VERTE DE L’AVESNOIS

La voie verte de l’Avesnois est en cours de rénovation pour faciliter la traversée de l’Avesnois et relier 14 communes à pied, à vélo ou à cheval… La voie verte relie Ferrière-la-Petite à Glageon.

Elle permet de se déplacer en sécurité sur 30 km, sans être gêné par les voitures et en bénéficiant d’un cadre agréable. La voie verte héberge la Scandibérique et constitue un maillon du schéma directeur cyclable du Conseil Départemental du Nord qui a pour but de dynamiser les territoires en y favorisant une économie autour du vélo et de permettre les déplacements de proximité à vélo.

C’est en 2003 que le sentier Emeraude a été aménagé en chemin destiné aux marcheurs, aux cavaliers et aux VTTiste ; 7 km qui reliaient Ferrière-la-Grande à Choisies [embranchement de la D27]. Le Sentier Emeraude a été remplacé en 2007 par « La voie verte de l’Avesnois » afin de relier Ferrière-la-Grande à Glageon [30 km] et permettre le passage d’une véloroute européenne [l’EV3], dont le tronçon Français est dénommé La Scandibérique.

En 2007, avec la voie verte, on est enfin passé d’un équipement confidentiel réservé à quelques initiés à une infrastructure publique ouverte à toutes et tous. Cependant le choix du revêtement en sable stabilisé a très vite montré ses limites : le stabilisé s’abîme vite et il est difficile et coûteux à entretenir. Sans entretien, la voie verte était impraticable une grande partie de l’année et inaccessible pour la majorité des habitants. La rénovation, réclamée depuis longtemps, était devenue indispensable. Les travaux ont démarré en septembre 2019 et ont repris le 1er janvier 2020.

Au moment où nous devons accélérer plus que jamais la transition écologique et sociale, défendre une voie verte au rabais, c’est aller contre le sens de l’Histoire et contre l’intérêt de nos concitoyens les plus fragiles.

Défendre le retour au stabilisé, c’est d’abord un choix politique, celui de l’exclusion des personnes les plus vulnérables : personnes âgées, familles avec enfants, publics précaires, personnes à mobilité réduite…

Dominique Delcroix, correspondant local de l’ADAV, de l’AF3V, de CycloTransEurope et ancien directeur du centre social de Ferrière-la-Grande, déclare : « La voie verte de l’Avesnois représente un enjeu social et ne se limite pas à des intérêts de loisirs. A condition d’être correctement aménagée, la voie verte peut répondre aux besoins de mobilité d’une partie de la population qui n’a pas financièrement accès à la voiture individuelle. Cet axe piétonnier et cyclable relie rapidement et en sécurité, les territoires du nord et du sud de l’Avesnois. La voie verte réunit toutes les conditions de la mobilité inclusive : sécurisée, accessible aux plus jeunes et aux moins expérimentés, favorisant l’autonomie et créatrice de lien social. »

Sur le plan écologique, choisir un revêtement lisse c’est lutter efficacement contre le réchauffement climatique en favorisant l’écomobilité de l’ensemble des habitants pour leurs déplacements utilitaires. Un revêtement fonctionnel favorise un meilleur report modal de la voiture vers la marche et le vélo. Ainsi, contrairement aux idées reçues, le bilan carbone d’une voie verte en enrobé est meilleur grâce à la mobilité plus faiblement émettrice en gaz à effet de serre de la marche et du vélo pour aller travailler ou faire ses courses. Ainsi, la réfection de la voie verte qui héberge la Scandibérique constitue un maillon du schéma directeur cyclable du département du Nord qui a pour but de dynamiser les territoires en y favorisant une économie autour du vélo et de permettre les déplacements de proximité à vélo.
La Voie Verte de l’Avesnois est un bel investissement d’intérêt général pour le plaisir de tous, pour la transition écologique et le développement local ainsi que pour l’inclusion sociale. C’est pourquoi nous soutenons sans réserve les conseillers départementaux du Nord qui ont décidé sa rénovation.

Nous attendions ces travaux depuis longtemps et il ne serait pas raisonnable de les arrêter sur cette première phase engagée. Nous proposons que se tienne très rapidement un comité de pilotage réunissant toutes les parties prenantes pour veiller à ce que les travaux conviennent à tous les habitants et tous les usagers.

– Yannick Paillard, président de Droit Au Vélo – ADAV
– Rodrigo Lupo, président de l’Association pour l’Egalité des Chances
– Julien Dubois, Président de l’Association Française des Véloroute et Voie Vertes – AF3V
– Erick Marchandise, président de l’association CycloTransEurope

Télécharger le communiqué de presse